Communiqué de presse du 15 avril 2019

Classé dans : Non classifié(e) | 0

Il faut passer des paroles aux actes

De nouveau, les installations de biogaz agricole ont pu traiter davantage de biomasse (+13) et par là même augmenter leur production d’électricité (+9%) ainsi que la quantité de réduction de CO2 (+10%). Mais l’avenir des installations de biogaz préoccupe la coopérative Ökostrom Schweiz, l’association de producteurs de biogaz agricole. Selon le président Michael Müller, il est pour l’instant impossible de savoir si les installations de biogaz auront une place dans le nouveau monde de l’électricité et si oui, quelle sera leur importance, ou de savoir de quoi aura l’air l’éventuelle solution de remplacement de la RPC. Pour la coopérative Ökostrom Schweiz, il est clair que les prestations environnementales fournies par les installations de biogaz doivent être davantage indemnisées par la nouvelle loi sur le CO2 ainsi que par la politique agricole afin de pouvoir garantir une rentabilité à long terme. La coopérative continuera donc à s’investir tout particulièrement pour démontrer le potentiel inexploité dans le domaine de la valorisation énergétique des engrais de ferme. Maintenant, il faut passer des paroles aux actes.

Ce qui se passe ces jours-ci, ces semaines-ci et ces mois-ci est unique : dans le monde entier, des milliers d’élèves descendent dans la rue pour manifester contre le changement climatique et en faveur de mesures concrètes dans le domaine du climat. À cela s’ajoute que le peuple suisse s’est prononcé en faveur de l’abandon du nucléaire et en même temps d’un nouvel avenir énergétique. La vague verte déferle. Il n’est plus possible de continuer à n’en rester qu’au stade de simples déclarations d’intention, il faut des mesures concrètes, des mesures qui sont efficaces et qui présentent un fort potentiel. La branche du biogaz est prête, elle a des solutions et le potentiel.

Installation de biogaz multitalent

Grâce à la production d’électricité, les installations de biogaz permettent la substitution des centrales nucléaires et parallèlement, elles apportent une contribution importante à la protection du climat. Les engrais de ferme disposent d’un fort potentiel jusqu’ici inexploité ; actuellement, seuls environ 4 % de ces engrais sont utilisés à des fins énergétiques. Avec une bonne centaine d’installations, les membres d’Ökostrom Schweiz produisent chaque année environ 120GWh d’électricité et génèrent en même temps une réduction de CO2 d’environ 83‘000 tonnes par an. À cela s’ajoutent la production de chaleur et la possibilité de produire de l’énergie de réglage sur appel. Même ce qui reste après le processus de traitement est utile, car le digestat est un engrais utile qui est épandu sur les champs, ce qui permet de fermer les cycles de nutriments. Les installations de biogaz sont donc dotées de  multiples talents. Elles fournissent exactement les prestations exigées par la politique climatique et énergétique. Pour le président Michael Müller, le constat est sans appel : « Les perspectives seraient réjouissantes, mais la réalité est tout autre. »

La réalité est différente

Bien que la rétribution de l’injection expire dans un peu plus de 3 ans, il n’y a toujours pas de solution de remplacement en vue. Dans les coulisses de la scène politique, on travaille avec ardeur sur la nouvelle conception du marché de l’électricité. Il reste à savoir si les installations de biogaz auront une place dans ce nouveau monde de l’électricité et si oui, quelle sera leur importance. Il reste aussi à savoir de quoi aura l’air l’éventuelle solution de remplacement de la RPC. En même temps, la loi sur le CO2 fait l’objet d’une révision totale. On ne sait pas non plus si les prestations environnementales des installations de biogaz seront indemnisées ni comment elles le seront. Ces deux thèmes occupent beaucoup la coopérative Ökostrom Schweiz. De son point de vue, il est clair que les prestations fournies par les installations de biogaz doivent être mieux indemnisées par la nouvelle loi sur le CO2 ainsi que par la politique agricole afin de pouvoir garantir une rentabilité à long terme. Outre la prestation de protection du climat, les installations de biogaz suisses produisent de l’électricité, du combustible ou du carburant qu’il est possible d’utiliser sur site ou d’injecter dans le réseau. De plus, elles produisent des engrais utiles et ferment les cycles de nutriments. Pour que ce potentiel puisse être exploité encore davantage, l’association s’investit dans le but de créer des conditions-cadres juridiques qui permettent une exploitation rentable des installations de biogaz.

La coopérative Ökostrom Schweiz est l’association des exploitants d’installations de biogaz agricole. L’assemblée générale s’est tenue à la Vianco Arena à Brunegg.